Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2017

La nouvelle année

Pour débuter cette nouvelle année, je vous offre le dernier conte que j'ai écrit ainsi que mes meilleurs vœux de bonheur et de santé.

 

C’était la nuit du 31 décembre. Elle est arrivée, le dos courbé par le poids des jours. Sa longue robe, jadis blanche, était devenue grisâtre, abimée  par la pollution, déchirée par les combats. Les traits tirés, le teint terni par la maladie, les cheveux emmêlés dans les batailles, elle était amaigrie. Elle avait connu la pauvreté et la faim, la solitude et la peur. Pourtant son regard contrastait avec tout son être : dans ses yeux, luisait encore une lueur d’espoir.  Elle s’est redressé dignement, elle n’avait pas à avoir honte de son parcours, elle avait fait ce qu’elle avait pu. Le flambeau qu’elle tenait à la main était éteint. Elle l’a tendu à la nouvelle venue qui arrivait en souriant, dans sa longue robe blanche, le teint frais, les cheveux bien coiffés, cascadant sur ses épaules. Elle avait la beauté  de la jeunesse mais la sagesse se lisait dans son regard.  Au contact de sa main, le flambeau s’est rallumé. Et elle s’est adressée à la foule qui l’acclamait, en ces mots :

« Quand le temps s’assombrit, que l’avenir n’est que doute,

Quand tant d’obstacles surgissent en travers de la route,

Quand les nuages lourds occupent seuls l’horizon,

Que notre bonne étoile a changé de maison,

On a envie de hurler, de crier : pourquoi moi ?

Qu’ai-je donc fait ici-bas pour mériter cela ?

C’est vrai la vie n’est pas simple parfois, mais elle est belle croyez-moi.

Elle est belle pour qui sait la voir

Elle est belle pour qui prend le temps.

Le temps de s’arrêter pour s’apercevoir

Que le bonheur est là, tapi, il attend.

Il attend que l’on prenne le temps.

Je ne vous promets pas que cette année tout ira bien, mais je  vous apporterai des petits bonheurs  quotidiens : le sourire d’un proche, un rayon de soleil qui se glisse à travers la fenêtre, le chant mélodieux d’un oiseau... Apprenez  à les reconnaître, sachez les apprécier à leur juste valeur. Alors vous verrez que vos chagrins seront moins lourds à porter.»

 

Ainsi avait parlé la nouvelle année car elle ne voulait pas faire des promesses qu’elle ne pourrait pas tenir. Son règne serait celui de la lumière, celle qui pousse à trouver en chaque chose un aspect positif et son flambeau serait porteur d’espoir.

 

 

Les commentaires sont fermés.